Accueil


Visites


Retour
Région

       

L'Île de Noirmoutier

(85- Vendée)

 

L'Île de Noirmoutier, devenue presqu'île après la construction en 1971 d'un pont la reliant au continent, est constituée de 10 hameaux et de 4 communes. L'île est souvent surnommée l'« île aux mimosas » pour sa douceur climatique permettant aux mimosas de pousser et d'y fleurir en hiver. Ses paysages dominants sont les marais salants, les dunes et les forêts de chênes verts.

 

* L'Île aux Papillons :
Au coeur d'une serre de 26°C, on se promène parmi les papillons en liberté.

photos juillet 2009 :

 

* Le bois de la Chaise :
Le Bois de la Chaise est un site naturel aménagé associant la végétation locale à la végétation méditerranéenne. On y trouve le bois, la plagedite "des Dames", des sentiers de promenade, de jolies villas, une estacade...

- La forêt :
Le bois, dit "de la Chaise", est un petit bois planté de chênes verts et de pins maritimes. Sa côte est en falaise découpée par une succession de pointes rocheuses et d'anses sablonneuses.

photos juillet 2012 :

- La plage des Dames :
C'est la plage la plus réputée et la plus fréquentée des plages de Noirmoutier. Elle se trouve à l'entrée du bois de la Chaise. Elle bénéficie d'une promenade de planches, d'un large sentier bordé de magasins et de nombreux bancs.

photos juillet 2012 :

 

photos juillet 2011 :

- L'estacade de la plage des Dames :
Cette estacade, autrefois utilisée pour rallier Pornic, sert désormais aux pêcheurs qui attrapent les poissons par des cannes à pêche, mais surtout par des filets.

photos juillet 2012 :

 

* Rues et commerces :

photos juillet 2012 :

 

* Les marais salants :
Les marais salants de l’île de Noirmoutier couvraient autrefois 700 hectares, soit un 1/4 de la superficie de l'île. Une centaine de sauniers produisait plus de 600 tonnes de sel par an. Aujourd'hui 40 sauniers exploitent 100 hectares de marais salants.

Le principe d’un marais salant est simple : il faut réunir les conditions climatiques et géologiques pour obtenir une saturation maximum du chlorure de sodium dans l’eau de mer. Le sol doit être imperméable, argileux et le soleil doit être intense à la belle saison, le vent venant accélérer l'action d'évaporation. On fait donc pénétrer de l’eau de mer en avril ou mai dans un dédale de bassins réaménagés chaque année et entretenus au fil des siècles pour obtenir dans le dernier bassin appelé "oeillet" une salinité maximale. La période de récolte s'étend de mai à septembre. Il suffit alors de ramener le sel, nommé "l'or blanc", sur le bord de l' "oeillet" à l'aide du traditionnel grand râteau plat appelé "simoussi". La brise légère, certains jours d'été, produit une cristallisation de surface d'une grande finesse surtout lorsque soufflent les vents venus du Nord ou de l'Est. Ce sel, d’une finesse exceptionnelle, porte un nom : la fleur de sel.

photos juillet 2012 :