Accueil


Nevers


Sites Nevers
 

       

Nevers
La nature et les paysages

 

 

= monument historique (voir la liste complète)

 

Cliquer sur les photos pour les agrandir

 

La Loire

* Présentation :

La Loire, plus long fleuve de France avec environ 1.014 kilomètres, arrose Nevers un peu avant le milieu de son cours. C'est à Nevers que s'y jettent ses affluents de l'Allier et de la Nièvre. La Loire offre une grande richesse à Nevers : son pont, son Île aux Sternes, ses crues, à l'inverses ses manques d'eau, sa biodiversité et toutes sortes d'études, etc.

photos 16 juillet 2016 :
Promenade le long de la Loire
Fête de la Loire + Nevers Plage + nouveaux aménagements

 

photos 28 février 2015 :
Une "boîte à lire" orne désormais le quai des Mariniers.

 

photos 19 octobre 2014 :

 

photos 12 avril 2014 :

 

photos 10 novembre 2013 :
La Loire aux couleurs de l'autonme...
Temps très doux pour la date,
le Soleil d'un côté et la Lune de l'autre, déjà apparente...

 

photos 29 septembre 2013 :
Le lit de la Loire dévégétalisé et scarifié !

L'enfoncement du lit de la Loire accentue la différence des écoulements entre les chéneaux contournant les îles. Un bras principal se creuse, surélevant par contraste les autres bras qui s'ensablent alors plus facilement. La végétation envahit les bancs de sable et aggravent le processus par la destruction des bras secondaires et le rattachement des îles aux rives.

Une intervention de dévégétalisation et de scarification du lit de la Loire a été effectuée en septembre 2013. Elle permet de lutter contre l'assèchement des bras en facilitant leur remise en eau par dévégétalisation et scarification du sommet des bancs de sable. L'objectif est de favoriser le déplacement des sédiments en aval dans le chenal principal. Ce type de restauration minimise les dépôts, du fait de leur charriage plus aisé par les crues fréquentes.

 

photos 1er septembre 2013 :

 

photos 3 août 2013 :

 

photos 25 juin 2013 :

 

photos 15 juin 2013 :
Une vue depuis le 7ème et dernier étage
de l'horrible bâtiment de la Bourse du Travail,
au-dessus de la Maison de la Culture

 

photos 23 et 24 février 2013 :
Un week-end sous la neige à Nevers

 

photos 23 décembre 2012 :
Les pluies ont gonflé la Loire et le temps très doux pour la date permet une promenade très agréable

 

* Le pont de Loire :

Un pont est mentionné dès 1227 : trois ouvrages imparfaitement alignés et souvent emportés par les eaux de la Loire. Le Grand Pont traversait le bras navigable, côté ville, jusqu'à "l'île-aux-boeufs". Il est construit en pierre en 1535. Le pont Notre-Dame, en pierre en 1550, joignait une seconde île où était située la chapelle Notre-Dame du Bout-du-Pont. Enfin, ke petit Pont de l'Official rejoignait la terre ferme. Le projet établi en 1763 considérait que le pont principal, représentant la partie nord, était en état suffisant pour ne pas nécessiter une reconstruction. Malgré cela il s’écroula en 1790 et fut donc remplacé par un pont provisoire en bois qui dura jusqu’en 1832. La partie sud qui remplace les deux derniers ponts est construite de 1770 à 1778. La partie nord est terminée en 1833. Le pont est construit par tronçons en grès de Coulandon et mesure 350 m. il est formé de 14 arches flanquées de fortes piles qui ont parfaitement résisté aux grandes crues du XIXème siècle. Cette entrée de la ville est importante pour son image. En effet la vue de Nevers à cette entrée est la plus représentée. Elle permet d'y trouver, selon l'angle de vue, le pont, la Loire, les quais de Loire, la Cathédrale, la tour Goguin, les sentiers de promenade le long de la Loire...

photo 3 août 2013 :
Une vue depuis le belvédère
récemment aménagé
au quai des Mariniers

 

photo 15 juin 2013 :
Une vue depuis le 7ème et dernier étage
de l'horrible bâtiment de la Bourse du Travail,
au-dessus de la Maison de la Culture

 

* L'Île aux Sternes :

Des efforts sont effectués à Nevers pour sauvegarder la flore et la faune ligérienne (sensibilisations, chemins de promenade et d'information le long de la Loire…). Protégé du 1er avril au 15 septembre, par arrêté préfectoral du 4 février 2005, un îlot proche du pont de Loire, constitué de sable et de graviers déposés par la Loire, accueille dès le mois d'avril une importante colonie d'oiseaux à haute valeur patrimoniale. On y trouve les sternes, oiseaux migrateurs transsahariens. Chaque année, elles effectuent des milliers de kilomètres entre leurs lieux de reproduction sur la Loire et leurs zones d'hivernage en Afrique tropical. Mais d'autres espèces d'oiseaux y vivent :

photo 3 août 2013 :

 

L'Île aux sternes :
Les oiseaux protégés
(photos "wikimedia commons" 2012)

L'aigrette garzette

Le chevalier guignette

Le héron cendré

Le pluvier petit gravelot

La sterne naine

La sterne pierregarin

 

* Les crues de la Loire :

La Loire connaît régulièrement des crues. Dès 1790, on retrouve des documents sur les inondations à Nevers. Plusieurs causes peuvent entraîner une crue de la Loire :
- Les pluies
- La forte pente : 800 m de dénivelés sur 300 km entre la source et Roanne
- Les aménagements : réduction des zones naturelles d'expansion du lit, ainsi que les levées, compriment le fleuve
- Le sous-sol imperméable

Il existe 3 origines climatiques :
- Les crues océaniques : issues d'une longue période pluvieuse venant de l'ouest. Elles se produisent généralement en hiver.
- Les crues méditerranéennes (dites "cévenoles") : les masses d'air chaud venues du sud se chargent d'humidité au-dessus de la Méditerranée, engendrant des précipitations extrêmes sur la Loire quand elle dépasse les hauteurs. Elles ont lieu plutôt à l'automne.
- Les crues mixtes, alliant les 2 précédentes.

Vigilance crue de la Loire sur le secteur comprenant Nevers : http://www.vigicrues.ecologie.gouv.fr/niv_spc.php?idspc=10

- L'alerte jaune du 4 mai 2013 :     vers 14h, la Loire offre un débit de 1.420 m3/s pour une cote de 2,8 m.

photos du 4 mai 2013 :

 

- La crue du 6 novembre 2008 :     vers 6h, la Loire offre un débit de 1.950 m3/s pour une cote de 3,52 m.

photos novembre 2008 :

 

- La crue du 6 décembre 2003 :     2.200 m3/s pour une cote de 3,88 m

photos décembre 2003 :

 

        - Les plus anciennes grosses crues à Nevers :
- 13 novembre 1790 - 5,80 m : C'est la crue ayant occasionné le plus de dégâts : 5 arches du pont sont détruites, coupant la liaison entre les deux rives. Les bas quartiers sont inondés.
- Octobre 1846 - 6,30 m : La Loire monte de plus de 4 m en 3 heures

 

* La Loire à sec :

Au contraire des crues, la Loire connaît aussi des périodes où son lit est réduit au minimum.

- Le printemps chaud de 2011 :

photos juin 2011 :

 

- La canicule de l'été 2003 :

photos août 2003 :

 

* EGRIAN :

La Loire arrose Nevers et son agglomération, apportant son lot de biodiversité et de jolis paysages naturels et sauvages, mais également ses risques tels les inondations.

En janvier 2007, la Communauté d'Agglomération de Nevers (ADN), a créé une étude utilisant les compétences des organismes associés, sous le nom d' EGRIAN (Etude Globale sur le Risque Inondation de l'Agglomération de Nevers). Cette étude est conduite de 2007 à 2012 et comporte 3 grandes phases :
- Diagnostic préalable du risque inondation
- Etude des mesures préventives et d'aménagements
- Proposition d'une stratégie globale de réduction du risque

L'étude prend en compte toutes les données sur les crues de Loire à Nevers : les crues passées, les risques, les enjeux, les vulnérabilités, les brèches possibles, les aménagements à effectuer (levées à restaurer, déversoirs à créer, entretien du lit de la Loire...).

 

 

La Nièvre

Adresse : le long de la Nièvre

Affluent droit de la Loire qu'elle rejoint à Nevers, la Nièvre s'étend sur 53 km de long. Elle réunit deux principaux cours d'eau, la Nièvre de Champlemy et la Nièvre d'Arzembouy, sur la commune de Guérigny. Son bassin couvre 630 km2, soit 9,1 % du département de la Nièvre, pour un débit moyen de 5 m3/s.

Au sens strict du terme, la Nièvre ne désigne que la portion de rivière allant de Guérigny à Nevers. Néanmoins, au sens large, la dénomination inclut d'autres cours d'eau portant également le nom de "Nièvre" :

Entre Guérigny et Nevers, on appelle simplement « Nièvre » la rivière résultant de la rencontre des Nièvres de Champlemy et d'Arzembouy. Elle coule vers le sud dans des paysages de prairies, formant de nombreux bras secondaires, et traverse les communes d'Urzy et Coulanges-lès-Nevers. Autrefois, la Nièvre passait au pied des remparts de Nevers et se jetait dans la Loire en contrebas du centre-ville. Elle n'y subsiste à l'heure actuelle que très amoindrie et en partie souterraine, l'essentiel de ses eaux étant déviées vers le canal de dérivation de la Nièvre qui les conduit de Coulanges-lès-Nevers au quartier des Bords-de-Loire, à l'est de Nevers.

La longueur conventionnelle de la Nièvre, 53 km, est mesurée de son confluent historique avec la Loire jusqu'à la source la plus éloignée de ce dernier, à savoir celle de Champlemy.

photos mars 2008 :

 

La promenade des Remparts
Patrimoine :
Remparts de Nevers : classé MH en 1945, sous le N° PA00112971
Remparts de la Tour du Havre à la Loire : inscrit MH en 1944, sous le N° PA00112970

Histoire :
En 624, l’
Abbaye Notre-Dame est construite à l’extérieur de la partie occidentale des premiers remparts de la ville, sur le site présumé du martyr de Saint-Révérien. Ce n’est qu’à la fin du XIIème siècle que le monastère est protégé par une nouvelle enceinte construite par Pierre de Courtenay. Le domaine de l’abbaye s’étendait alors de l’emplacement de la Porte du Croux à l’actuelle rue Saint-Révérien et de la rue Saint-Genest à la nouvelle fortification. Au pied de cette fortification, il existait un fossé formé de terrains marécageux alimentés par le ruisseau de la Passière. La muraille est entièrement reprise pendant la guette de cent ans. Le mur est alors consolidé d’un « matelas » de terre, l’ensemble prenant dès lors le nom de remparts. Les tours et les portes sont reconstruites (Porte du Croux), renforcées (Tour Goguin) ou construites (Tour Saint-Révérien). Au cours du XVIème siècle, les fossés et le rempart perdent leur utilité défensive. De nombreux procès touchant à la propriété et au droit d’usage ont lieu à cette époque entre le duc et les habitants qui accaparent des portions du rempart ou des fossés pour y installer des jardins. Après le siège de 1617 et les ordonnances de Louis XIV, les remparts devenus interdits et inutiles ne sont plus entretenus et servent de carrières de pierres. C’est au hasard de l’évolution urbaine et à la présence d’une zone humide difficilement constructible que nous devons la conservation de la partie située entre la Porte du Croux et la Loire. Après la Révolution, ce qui restait des remparts a été définitivement intégré dans les bâtiments adjacents. C’est à cette époque également que toute l’abbaye, bâtiments et terrains, fut vendue par lots à des particuliers. En vue d’un aménagement paysager, la ville achète en 1960 les terrains constituant l’actuelle promenade des remparts : en partie haute, rachat du golf miniature appartenant à une auberge et en partie basse, rachat de jardins privatifs, la plupart en friches. L’aménagement de ce lieu a été conçu en 1964 et 1965 par M. Besnard, ingénieur de la ville de Nevers. Le ruisseau de la Passière a été canalisé en souterrain, et un jardin de type paysager créant une liaison entre la Porte du Croux et la Loire a vu le jour.

 

Architecture :
On trouve plusieurs monuments tout au long de la Promenade des Remparts. Depuis la Porte du Croux jusqu’à la Loire, on découvre : - L’ancien logis de l’Abbesse Notre-Dame, sur la gauche, qui appartient aujourd’hui à un particulier - Ensuite, une porte, toujours sur la gauche, menait à une salle d’arme. On y trouvait 7 archères aujourd’hui bouchées, qui s’ouvraient sur une galerie voûytée assurant la défense de cette partie de l’enceinte - Puis, la Tour du Havre, située le long des murs des Remparts, un batardeau aujourd’hui ouvert. - Une porte en fer forgé offre l'accès au jardin de l'Abbaye : à cet emplacement se situait le cloître des religieuses, encadré au nord par la salle capitulaire où étaient exposées les collections du musée depuis 1979-80, à l'est et au sud par la cuisine et le pensionnait aujourd'hui disparus. Ces terrains ont été achetés par la ville en 1971 et aménagés en jardin en 1981 afin de retrouver l'esprit des jardins médiévaux. L'ordonnancement et la rigueur de ce lieu fortement renforcés par la présence de haies d'ifs sont contrebalancés par les couleurs ocre clair de l'imposante façade du musée municipal Frédéric Blandin. Intimiste, si ce n'est monastique, ce jardin ne se dévoile pleinement qu'en son cœur. A proximité de la salle capitulaire subsiste l'ancien puits à côté duquel un arbre a été planté, tandis qu'une colonne rappelle le cloître disparu, ces trois éléments symboliques étaient constitutifs des jardins monastiques, situés au centre des cloîtres. Les deux terrasses situées dans le rempart ne s'offrent aux yeux du promeneur que s'il prend le temps de pénétrer plus profondément ce lieu. Comme dans les jardins monastiques, les carrés sont constitués de plantes médicinales, aromatiques et ornementales. Une haie d'ifs taillés constitue le seul ornement de la seconde terrasse. Sa position de promontoire permet au visiteur une perception globale sur la promenade des remparts. - Une autre tour, nommée « Tour Saint-Révérien », tenant son nom d’un missionnaire qui selon la tradition aurait connu le martyr en 274 non loin de là. - La source Saint-Révérien, située aujourd’hui en retrait du mur, sortait autrefois de la muraille. - Le « canton fertile », un nom qui tient des jardins qui appartenaient aux propriétaires des habituations situées rues Saint-Genest et Saint-Révérien. - L’emplacement du petit port utilisé par les mariniers de Loire. - Enfin, la promenade se termine par la
tour Goguin.

Le crapaud :
Présent dans le jardin des Remparts, le crapaud accoucheur (ou grenouille cloche) est une espèce protégée, très surveillée. Petit animal au teint terreux, d'à peine 5 cm de long, il est doté de magnifiques yeux dorés à la pupille verticale. Son corps trapu est pustuleux à souhait ! Il affectionne les lieux humides et frais : le dessous des pierres, les trous dans les vieux murs, les gravières à proximité de points d'eau. Mari modèle, vaillant et dévoué, il aide la femelle durant la période de ponte, d'où son nom de crapaud accoucheur. C'est le mâle, en effet, qui aide à sortir les œufs ! C'est lui aussi qui entortille le chapelet d'œufs autour de ses pattes avant de s'installer dans un endroit bien sec, le temps de la gestation. Il reste trois semaines ainsi ! A ce terme, il rejoint l'eau, y trempe les œufs qui éclosent et donnent vie à une vigoureuse colonie de têtards carnivores. Sources : "Nevers, au fil du Patrimoine", édition de fiches par le Service Municipal d'Animation du Patrimoine (SMAP) de la ville de Nevers)

La tour du Havre :
Elle est située le long des murs de la Promenade des Remparts. Les remparts allant de la tour du Havre (située environ au milieu de la promenade) jusqu'à la Loire (tour Goguin) retenaient il y a longtemps le ruisseau de la Passière. Ils permettaient de garder en eau la partie haute des Remparts pour assurer une force motrice destinée à l’activité des moulins situés en contrebas.

photos 6 juillet 2013 :

 

photo 23 février 2013 :
Week-end sous la neige à Nevers


 

photo août 2011 :

 

photos avril 2005 :

 

 

photo novembre 2002 :

 

 

Le sentier du Ver-Vert

Adresse : le long de la Loire et de la route des Saulaies

Le sentier du Ver-Vert est situé au bord de la Loire. Il est jalonné de panneaux d'information permettant de connaître l'histoire du fleuve, sa faune et sa flore.

photo 4 mai 2013 :
Superbe journée ensoleillée sur le sentier du Ver-Vert

 

photos 24 février 2013 :
Week-end sous la neige à Nevers

 

photos juin 2012 :

 

photos août 2004 :

 

 

Le parc Roger Salengro

Adresse : rue Henri Barbusse (accès principal) / rue de Courtenay / rue Jeanne-d'Arc / rue de Lourdes

Il couvre un large emplacement de promenade. On y trouves des espaces verts, des chemins, une fontaine, un ancien kiosque et pour les enfants des jeux et un manège.

photo 28 juillet 2013 :

 

photos juillet 2008 :

 

photos septembre 2005 :

 

 

Le panorama du bec d'Allier

Adresse : rue du Panorama

Le panorama du Bec d'Allier offre un paysage exceptionnel, celui de la rencontre entre la Loire et l'Allier. Après s'être « gonflée » de son affluent la Nièvre, juste avant le pont de Loire à Nevers, c'est après que la Loire obtient l'apport des eaux de l'Allier.

Le site du Bec d'Allier a fait l'objet d'un classement « Sites Panda » par WWF en 2004. Pour se rendre au panorama, suivre Marzy depuis Nevers le long de la Loire.

* Vue du Bec d'Allier depuis le bord de la Loire à Marzy :

photo mai 2012 :

 

* Vue du Bec d'Allier depuis le Panorama du Bec d'Allier :

photos septembre 2011 :

 

 

Le canal latéral à la Loire

Adresse : quai de la Jonction / chemin de halage

C'est un canal d'une longueur de 196 km, reliant Digoin à Briare le long de la Loire. Il comporte 37 écluses principales, ainsi que de nombreux autres embranchements et leurs écluses. Le canal passe par Nevers, qui comporte un port de plaisance au quartier dit "La Jonction". Une vélo-route longeant le canal offre d'agréables balades à pied ou à vélo.

photos mai 2009 :

 

 

La vélo-route

Adresse : le long du canal latéral à la Loire

C'est une voie de promenade et cyclable qui longe le Canal Latéral à la Loire.

 

photos 1er août 2014 :
La vélo-route depuis Nevers jusqu'à Decize (vers l'est).
Ouverte en 2014.

 

photos août 2004 :
La vélo-route depuis Nevers jusqu'au Pont-Canal du Guétin (vers l'ouest)

 

 

 

Le quai des Mariniers

Adresse : le long de la Loire, entre les 2 ponts

Il s'agit du quai de Loire que l'on découvre en contrebas sur la gauche en entrant à Nevers par le sud de la ville. Il longe la Loire de manière linéaire entre les 2 points : le pont routier et le pont de chemin de fer.

Ce quai fait l'objet de travaux de 2013 à 2014. Une bonne communication (journaux, réunions de quartier...) a permis d'obtenir un maximum de retours de la population locale sur ce projet. Des panneaux d'information longeaient la Loire, sur le quai des Mariniers, début 2013. Une concertation publique s'est déroulée le 2 février 2013 pour choisir les garde-corps proposés pour le futur belvédère. Le projet N° 2 fut retenu à la majorité des mains levées, sur 3 propositions développées. D'autres thèmes ont été abordés et le public a pu s'exprimer et modifier certains aspects du projet. Par exemple le nombre de bancs prévus a été revu à la hausse.

L'inauguration officielle de l'aménagement du quai des Mariniers s'est déroulé en contrebas de la place Mossé le samedi 21 septembre 2013 à 15h30.

photos 1er septembre 2013 :
Quelques uns des nouveaux bancs. La flore autour pousse peu à peu...

 

photos 3 août 2013 :
Les garde-corps sont désormais installés au quai des Mariniers

 

photos 30 juin 2013 :

 

photos 25 juin 2013 :

 

photos 15 juin 2013 :
Après une interruption des travaux durant l'alerte jaune
du niveau de la Loire, les travaux se poursuivent

 

photos 29 avril 2013 :
Travaux d'aménagement de la promenade

 

photo 1er avril 2013 :
Les travaux débutent

 

photos 23 février 2013 :
Les panneaux du projet d'aménagement du quai des Mariniers
qui longeaient la promenade début 2013

L'histoire du quai des Mariniers

Les étapes des travaux

La 1ère étape des travaux

La 2ème étape des travaux

L'élargissement de la promenade

L'implantation des nouveaux bancs

Rendez-vous de concertation publique

Les garde-corps à choisir (1sur2)

Les garde-corps à choisir (2sur2)

 

photos 23 décembre 2012 :

 

photo 24 décembre 2011 :

 

photo septembre 2009 :

 

photos août 2009 :

 

photos décembre 2008 :

 

photos 6 novembre 2008 :
Crue de la Loire

 

photos janvier 2007 :

 

photos 1er mai 2003 :

 

 

Les jardins de l'allée des Princes

Adresse : allée des Princes, accès par le bas de la place de la République ou par le quai de Mantoue

C'est un chemin en zigzag, entouré de vieilles pierres et de végétation, permettant de joindre les Quais de Loire et le Palais Ducal.

 

photos 27 juillet 2014 :

 

photos 23 février 2013 :
Week-end sous la neige à Nevers

 

photos août 2008 :

 

 

La levée de Saint-Eloi

Adresse : le long de la Loire

C'est un chemin de promenade, qui profite d'une digue construite pour prévenir les inondations de la Loire. Cette levée s'étend de Nevers à Saint-Éloi.

photos mai 2009 :