Les aides au sevrage tabagique :

 

 

L'arrêt dit "sans rien"

Méthode dite « dure ». Les anciens fumeurs les plus fiers l'indiquent : « j'ai arrêté SANS RIEN ! ». On peut s'aider aussi de quelques substituts gestuels tels que les bonbons ou les chewing-gums, au moins au début du sevrage tabagique.
 
J'ai arrêté une première fois de fumer "sans rien" et j'ai tenu 5 ans sans tabac.

 

 

La cigarette sans nicotine

Se vend en pharmacie sans ordonnance. Elle permet le sevrage nicotinique, mais en conservant totalement le geste.
 
Je conseille de les fumer loin des autres, car l'arôme se diffuse très largement et votre entourage pense que vous fumez du cannabis !  Un jour un pharmacien m'a avoué qu'il était contre. Pour lui : « soit on fume, soit on ne fume pas ! ». Et en plus on trouve toujours dedans des goudrons et du monoxyde de carbone puisqu’il y a combustion !

 

 

Bonbons, chewing-gums, capuchons de stylo, cure-dents et autres moyens de contrer le geste

Certaines fois ces apports "buccaux" passent l'envie, d'autres fois non. A voir selon chacun.
 
Pour ceux qui aiment, tout comme moi, que leurs cigarettes « arrachent », j’ai comblé par des apports en menthe forte !
 
Attention surtout à ne pas compenser le tabagisme par l'alcoolisme !

 

 

Les patches

Le patch est un timbre autocollant que l’on pose sur la peau. Il diffuse de la nicotine dans le corps, par les pores de la peau, de manière continue. C’est ce que l’on appelle un dispositif « transdermique ». Les dosages sont différents suivant les patches pour correspondre aux habitudes de consommation de tabac. Ils peuvent être associés à la prise de gommes, microtabs ou pastilles.
 
En répondant à la question du test de Fagerström « Quand fumez-vous la première cigarette après votre réveil ? » vous définissez si vous avez besoin d’un patch 16h ou d’un patch 24h (qui vous permettra une diffusion aussi la nuit, évitant donc le manque dès le réveil).
 
Anecdote personnelle : Je me souviens m’être collé des patches aux fesses quand j’ai arrêté de fumer pendant mes vacances à la mer ! Sachant que les patches doivent se coller sur un endroit du corps toujours différent au cours d’une même semaine, j’ai fait de même en décorant une fesse différente chaque matin ! Lorsque j’ai revu mon médecin après cette escapade estivale, il m’a demandé des nouvelles de mon traitement. Je lui ai répondu : « votre traitement, je me le suis collé au derrière ! ».

 

Les gommes, microtabs et pastilles

Le principe est de libérer des quantités contrôlées de nicotine. Elles permettent, à mon avis, de combler également une gestuelle (on évite de conserver le geste de s’apporter quelque chose à la bouche). Si la nicotine de la cigarette arrive au cerveau en seulement 7 secondes, il faudra être un peu plus patient avec ces moyens puisque la nicotine sera délivrée après plusieurs minutes de mastication. Pas de goudrons, pas de monoxyde de carbone ! Les gommes sont à mâcher, les microtabs sont à laisser fondre sous la langue et les pastilles sont à sucer et sont jugées plus « discrètes » que les gommes.
 

La cigarette électronique

Elle fonctionne par aspiration de bouffées de nicotine. Elle permet de combler la dépendance nicotinique. On peut réduire de plus en plus la nicotine inhalée, jusqu'à cessation complète. Au moins, il n'existe pas de goudrons puisqu'il n'y a aucune combustion. Mais qu’en est-il de la dépendance gestuelle

 

  

Zyban, champix

Ces médicaments ne délivrent pas de nicotine, mais permettent d’ « inhiber » le manque. A la base, le zyban est un antidépresseur qui connaît de bons succès dans le sevrage tabagique. Le champix est entré en France début 2007. Ses premiers résultats sont aussi positifs. Pour ma part, au moment où j’écris cet ouvrage, j’arrête de fumer à l’aide du champix. Inutile d’utiliser un substitut nicotinique, puisque le but est justement d’obtenir les mêmes résultats que l’apport de nicotine, mais sans nicotine !
 

Les actes des spécialistes

Je connais une personne qui s’est arrêtée grâce à l’acupuncture, et une autre où ça n’a pas fonctionné. Parmi les aides on peut aussi trouver l’hypnose, les plantes, … et surtout les plus connues : les aides psychologiques offrant plusieurs thérapies possibles : thérapie individuelle, collective, etc.

 


Précédent 

     


Suivant