Accueil


Ecriture


Interventions
en milieu scolaire

   

 

Projet intergénérationnel

avec les élèves de 6ème et 5ème du Collège Aumenier Michot
et les résidents de la maison de retraite
« Val de Loire » du C.H. Henri Dunant

à La Charité-sur-Loire, en 2006

 

 

En quatre séances pour ce projet inter-générationnel, j’ai rencontré les élèves du Collège Aumenier Michot et les résidents de la Maison de Retraite « Val de Loire » du Centre Hospitalier Henri Dunant de La Charité-sur-Loire. Chacun a su écrire un poème.

Du côté des élèves, qu’ils soient littéraires ou allergiques à la poésie, chacun a réussi à écrire des textes poétiques à partir d’une image choisie parmi la centaine que je leur ai proposée.

Les pensionnaires ont produit des textes remarquables, soit nostalgiques, soit très amusants.

Puis dans un moment très festif les deux générations ont lu leurs œuvres et ont même réussi à produire un texte collectif.

Enfin, le projet a été couronné par l'édition d'un recueil de tous ces poèmes, sous le titre de "Choeurs d'accords", à 100 exemplaires. Chaque écrivain en herbe a reçu un exemplaire gratuit et les autres ont été mis en vente lors du "Festival du mot", grande manifestation littéraire ayant lieu à La Charité-sur-Loire chaque année.

Ce travail a été réalisé grâce à l’engagement de la professeur de français du collège et des animatrices de la Maison de Retraite

 

Le poème collectif,
Ecrit par les élèves et résidents, le 9 mars 2006

« Mots à hic ! »

         Nous ne nous connaissons pas…

Assis sur les mêmes bancs,
Nous allons vite sympathiser !

         Les anciens ont revêtu
         Leur jeunesse oubliée
         Et ont ressorti
         Leur cartable d’apprenti poète.

Telles des bourgeons qui s’épanouissent,
Des poésie fleurissent
Au gré de l’imagination des écoliers.

         En s’invitant à tour de rôle,
         Chacun se sent maître d’école !

Les lettres s’envolent
Comme les graines de tournesol
Et résistent aux rides du temps.

         Les mots naviguent dans nos esprits
         Puis s’ancrent dans nos cœurs.

De phrase… en phrases,
     Au rythme des rimes,
          Au fil des odes,
               Voyage une mosaïque d’images.

Les vagues nous ramèneront
         Vers les mêmes rivages…

 

Le mot du professeur de français, Martine-Amélie, à l’issue du projet :

« Déshistaminiser » l’acte d’écrire,
          « Déthérer » l’image du poète,
          Ouvrir le rideau de l’âge et tricoter…
          Une émotion à l’envers, une émotion à l’endroit,
          Le chandail de la vie s’est enrichi
          De ces perles de confiance.
          Que ces quatre heures ensemble
          Deviennent notre « quatre heures » madeleinien !
                                      Merci à tous. 

 

Le mot de l’équipe d’animation (Christine, Sandrine et Caroline) de la Maison du Val de Loire, à l’issue du projet :

Quand la vieillesse rythme avec la jeunesse, surprise, émotion et enchantement sont partagés. Ce projet où se mêlent imagination et vérité nous rappelle que l’avenir est porté par les rêves, les souvenirs et le respect.

Merci à Martine-Amélie, Philippe, les enfants et les personnes âgées pour ces moments privilégiés au doux parfum d’humanité.

 

Le poème que j’ai écrit pour remercier les élèves et résidents de leur participation, eux qui m’appelaient tout simplement « Le poète » !

J’encourage…
         Les jeunes chenilles
         A glisser leur crayon soyeux
         Sur une tige d’aventure.
         Elles grimpent,

Grimpent encore
Ayant le temps
Pour trouver la cime.

J’applaudis…
         Les papillons vétérans
         Qui butinent les pétales
         De leur mémoire.

         Ils volent,
         Volent encore
         Chassant le temps
         D’un battement d’aile.

 Je suis ému…
         Par ces doux êtres :
         Des chenilles avides
         Et des papillons émus.

         Chacun sait écrire
         Soit ses projets
         Soit ses souvenirs
         Lors d’une rencontre festive.

Je suis heureux…
          D’observer ces papillons
          Qui nous ont offert les chenilles,
          Et ces chenilles
          Qui deviendront papillons…

 

Les textes :

Damien L. (11 ans) :

Dans l’espace on peut…
Trouver du lait
Qui fait la loi
À côté des larves
Qui se lavent
Près du lac
D’autres dorment dans leur lit
Au beau milieu de la nuit
Avec leurs nounours
Qui font la soupe
Avec leur sac
Rempli de sous
Qu’ils font bouillir
Chaque soir
À côté de leurs draps
Qui se lavent
Vers les larves
Qui jettent des larmes
À côté de la Loire
Qui fait sa lessive.
Dans l’espace on peut inventer…
Toute une histoire !

 

Louise (89 printemps) :

Martine et Lulu la peluche

Ce nounours me rappelle la naissance de ma fille,
On lui avait offert, elle avait 8 jours.
Dans son petit lit, Lulu prenait toute la place,
Très grande, elle jouait encore avec.
Lulu a partagé ses joies et ses peines.
A 54 ans, aujourd’hui, en place à Pouilly,
Elle le sort toujours.
De temps en temps, Lulu a même le droit à un câlin !
Toujours dodu et paré de son vieux rose,
Il a fière allure.
Ce nounours me rappelle
L’amour que je porte à ma fille. 

 

Marion (12 ans) :

Poisson

Poisson rouge,
Qui bouge,
Es-tu farouche ?
Avec tes nageoires,
Tu fais de la patinoire.
As-tu un peignoir,
Quand tu sors de la baignoire ?
Sors-tu de l’océan,
Comme un éléphant ?
Comme tu es intelligent !
Fais-tu « aïe ! »
Quand tu te fais toucher par un corail ?
Manges-tu du saucisson à l’ail ?
As-tu vu un sous-marin
Dans les fonds marins ?
Que tu es coquin !
As-tu déjà été à la poissonnerie,
Là où on paye avec des rubis ?
A bientôt ! Petit poisson rouge !

 

Vincent (12 ans) :

La mer

La mer emmène le bateau
Vers une île aux trésors
Aussi belle qu’une pépite d’or.
La mer forme des roses
Qui la rendent encore plus grandiose.

La mer
N’est pas d’équerre,
La mer est profonde,
Aussi profonde que le monde
Le capitaine jette de l’encre
Qui tombe sur l’ancre.

Oui, la mer emmène le bateau
Vers des horizons plus beaux…
 

Youness (12 ans) :

Ma plage

Une grande plage
S’étend sur une petite image.
Son sable doux
Et ses bijoux
Enfouis dans l’eau.
Certains paquebots
Flottent
En direction de Monaco,
Et les noix de coco
Sont tellement grosses
Qu’elles ressemblent à des roses flamands,
Les pattes dans l’eau tout le temps,
Elégants… même les plumes au vent !
 

Anaïs (11 ans) :

Le flocon

Froid et blanc comme la neige
Léger comme l’air
Oh ! Qu’il est beau pendant l’hiver.
Comme ses formes d’étoile et sa couleur de cristal.
Original ! Pas banal.
Naturellement… C’est le flocon !

 

Lucienne (96 printemps) :

Bobeth

Ma chienne Bobeth,
Une chienne loup.
Petite métisse, toute menue mais très gracieuse.
Elle aimait sauter par-dessus les barrières,
Pour courir après les poules.
Un jour pas comme un autre,
Se faufilant sous le portail,
Elle s’est sauvée.
Nous avons pourtant bien cherché,
C’était en janvier,
Il faisait très froid.
On a été jusqu’au bord de Loire.
On pleurait notre chienne.
C’était notre dernier chien-loup
Un cadeau pour nous.

 

Damien N. (12 ans) :

L’oiseau

L’oiseau est beau
Comme l’eau.
L’oiseau a les yeux qui brillent
Comme une chenille.
L’oiseau est vert
Quand il mange les vers de terre.
Ses ailes scintillent
Comme les myrtilles. 

 

Marie (81 printemps) :

Katou

Katou, notre chatte.
Etait comme notre fille.
Un jour empoisonnée,
La joie et le bonheur,
A tous moments et à toute heure.
Elle nous comblait de son affection,
Par ses câlins et ses ronrons.
Nous rêvions…

 

Stéphanie (13 ans) :

Diddl, c’est mon idole !
Dans sa gondole
Il roule, vole,
Fait des farandoles.

Diddl,
Fait des cabrioles.
En regardant les guignols
Il rigole.

Diddl, boit dans son bol.
Il colle,
Avec de la colle.
Attention !

1, 2, 3… voici…
Diddl !

 

Fany (94 printemps) :

J’ai à vous présenter
une photo de trois adorables petits chats,
Que j’aime prendre dans mes bras.
J’adore tous les animaux,
Qui sont souvent si rigolos.
Et particulièrement les chats,
Au nombre de trois.
Ils ont été mes meilleurs compagnons de vie !
Toute la vie !
Nous sommes heureux de leur compagnie,
Quand nous sommes mal partis !
Les chats font leur possible pour nous donner :
Tendresse, continuité d’amour et amitié.
Préservons ce bonheur…
Qui nous donne tant de chaleur.

 

Marion (12 ans) :

Qui est orange ?
Le tigre est orange
Quand il mange.
Qui est vert ?
Le vers est vert
Avec son ennemi le pivert
Qui est multicolore ?
Le perroquet est multicolore
Avec des plumes en or.

Qui est bleu ?
Le ciel est bleu
Comme mes yeux
Qui est rose ?
L’arrosoir est rose
Quand il arrose
Qui est jaune ?
La savane est jaune
Avec sa faune

Qui est violette ?
Juste une violette !

 

Maud (12 ans) :

Bonjour belle rose
Veux-tu que je t’arrose ?
Pour que tu puisses grandir
Dans l’avenir.

Tu es une belle rose
Pas trop grosse
Ni trop mince
Avec tes pinces
En forme d’épines
Ouille !
Ça pique les épines !

Tu es aussi belle
Qu’une petite hirondelle,
Tu as l’air maligne
Avec des petites épines.
Pendant que je suis à l’école,
Toi, tu te développes…
J’aimerais que tu voles
Pour que tu viennes avec moi à l’école

Je te montrerai à mes copains
Les grands boiront du vin
En ton honneur,
Belle fleur.

Je te laisse, je vais à l’école…
Au revoir aussi beau rossignol !
 

Roland (63 printemps) :

Dauphin au long nez,
Loin d’être laid,
N’habite pas un palais.
Aux yeux malicieux,
Et au caractère silencieux,
Il respire la joie de vivre,
Il aime être si libre.
Le dauphin c’est pas dans la Loire,
Il est au fond de la mer,
Il est plein d’espoir,
Et ne s’embête point d’un pull-over !
Dans les aquariums à Saint Gille Croix de Vie,
Ils sont pleins de vie,
Il passe sont temps à faire des bonds,
Comme  pour parler, il émet des sons.
Le dauphin s’en va au loin.

 

Antoine (11 ans) :

Les légumes du marché ne sont pas donnés,
Même les riches doivent payer !
Les légumes doivent se faire manger,
Par toute personne qui les ont payées.
Même celles qui les ont cultivés
Doivent payer leur place pour les vendre,
C’est aussi cher qu’un cahier.
Les asperges, les tomates, les carottes
Offrent des couleurs multicolores.

 

Jacqueline (83 printemps) :

Le nouveau bébé !
Angel est notre petit dernier,
Il est né le 26 août cet été.
Il est costaud et très souriant,

Son grand frère qui a 9 ans
Est absolument ravi.
Pour lui, c’est un nouvel ami.
Ils ont porté, quelle nouvelle !
Le bonnet rouge du Père Noël.

 

Maxime (11 ans) :

La pêche donne la pêche !
L’avocat a besoin d’un avocat…
On mange l’orange…
En buvant un verre de jus d’orange.
La pomme tombe dans les pommes.
La poire va à la foire.
Le raisin donne du vin.
La clémentine donne des vitamines.
La tomate est une acrobate !
L’abricot a un noyau.

 

Laura (12 ans) :

L’œil

Si je m’écarquille,
C’est de surprise !
Je deviens bille.
Sous ma lentille,
Parfois des larmes
Noient ma pupille.
Si je scintille,
C’est de gourmandise !
Un globe brille.
Charmeur si je me maquille,
Les cœurs j’enflamme,
D’un battement de cils !

 

René (81 printemps) :

Cet œil coquin
Et très malin
Complètement féminin.
Vert comme la lumière
Il cherche à plaire
Œil de vipère
Au fond du désert
Très mauvais caractère

 

Mathilde (13 ans) :

Goéland

Goéland est lent !
Il vole dans l’air
Et va manger dans la mer,
Il vole dans les nuages.
Le goéland n’est pas grand,
A part quand il s’étend.
Il vole,
Il danse grâce à la clé de sol
Et là,
Il s’envole
Et joue son numéro.
Quand il voit un poisson, il saute à l’assaut.
C’est un oiseau qui vole au-dessus de l’eau.
Enfin… Il est élégant, ce goéland !

 

Maud (12 ans) :

Mes chatons

Mes chatons sont mignons !
Quand je joue un air de violon ;
Ils attrapent les souris
Avec des petits cris !
Ils ont un cœur
En forme de fleur.
Ils courent
Dans la cour.
Ils suivent une feuille
Avec un écureuil.
Quand ils sont sur mon lit
Je ris !
Ils jouent sous la couette
Et font des galipettes.
Mes chatons
Font ronron.
Je leur dédie ce poème
Pour dire que je les aime,
Que je les aime beaucoup,
Mes petits fous !

 

Marine (11 ans) :

Mon chat

Mon chat s’appelle Shiva…
Il se gratte avec sa patte,
Il mord un rat qui dort,
Il mange une fleur avec ardeur. 

Il est blanc comme une dent,
Il est rayé comme l’été,
Il est joli comme une souris,
Il est exceptionnel comme le ciel.

Il est drôle quand il miaule,
Quand sa mère se déplace,
Il prend sa place !
Tu m’as juste coûté deux sous…
Mais je t’aime comme un fou !

 

William (12 ans) :

Le chat

Est comme mon chat…
Il se frotte contre les poteaux,
Pour faire le beau.
Il monte aux arbres
Pour faire l’ingrat,
Mais il est tellement gras,
L’arbre tomba !

Le chat, pas content,
Va en vacances
Avec ses parents.

Mais mon chat,
Je l’aime plus que tous les chats,
Car nous sommes toujours amis lui et moi.

 

Lili (83 printemps) :

J’aurais dû te rassurer.
Ton œil tendre et inquiet,
Attend une réponse.
Je n’ai pas eu le temps de te parler,
Car on t’a poussé loin de moi.
Pour toujours,
Ton regard restera
Dans mon cœur.
Toi, dix-sept ans,
Moi, trente ans,
Le 16 juillet 42
On a été séparés
Pour toujours,
Par la milice de Pétain.
Nous, tous les deux,
Nous aurions volé
Pour garder notre amour
Jusqu’à la fin.
Je t’avais promis l’Amérique
Aujourd’hui… je l’imagine sans toi…

 

Stéphanie (13 ans) :

Le nouveau-né

Le bébé est joyeux
Avec son regard de liberté.
Il est joli
Quand il rit.
Tout petit, comme la nuit
Ses yeux sont verts
Comme l’hiver !

Et son regard qui
Exprime tant de bonheur !
Il offre ce message
Avec ardeur
Ainsi que des gestes avec lenteur.
Sa corvée, c’est de jouer
Aux boulets.
Il a de la joie pour les oies,
Il aime sortir
pour s’enrichir.

Il fait ses galas
En pyjama !
Pour se promener,
Il doit se baigner.
Il aime les îles
Comme ses pupilles.
Il s’agenouille
Comme une grenouille.

Pour plonger,
Il met le nez en premier
Car il aime les pommiers.
Et surtout les oranges,
Eh oui !
Il aime les orangeades.

Il aime la plage
Pour faire du bronzage.
J’aime les bébés
Car ils ont de l’humour
Et surtout cela montre
L’amour des personnes…

 

René (90 printemps) :

Un genre de mouette, de cormoran
Au bec méchant
C’est un bel oiseau
Il est fier d’être beau
Sur le bord de la mer
Il vole dans les airs
Sur le bord de la Loire
Il veut nous voir
Souvent vu à la télévision
Il fait bonne impression
Quel superbe plumage !
Envie d’en faire un élevage.

 

Paulette (84 printemps) :

Dick

J’ai gagné un premier prix
C’était à Paris
En faisant une dictée sur mon chien
Qui ne nous apportait que du bien !
Un labrador sable
Couché sur …du sable !
J’en ai gardé des photos
Que je sors tantôt !
Il s’appelait Dick, mon toutou
Je l’aimais beaucoup… 

 

Séléna (13 ans) :

Le chien

Le chien attire les lapins,
Qui eux attirent les chasseurs,
Qui attirent à leur tour la peur,
Qui attire ensuite le daim,
Qui attire à son tour le facteur,
Qui à son tour attire les trotteurs,
Qui attirent enfin…
La fin !

 

Lucie (79 printemps) :

Lumino

Le chien normalement défend la maison,
Mais lui, il fait bonne mine et laisse entrer tout le monde.
Il préfère dormir plutôt que japper.
Il aime les caresses
Mais c’est un petit chenapan
Car il vole les peaux de lapin
et fait courir les vaches dans les prés
ce qui fait tourner leur lait !
De plus, quand il a soif, il préfère le vin rouge !
Il ne sait pas quoi nous inventer pour faire parler de lui…

 

Sandy (12 ans) :

Mon dauphin

Toi mon gentil dauphin
Tu es mon ami.
Ensemble on joue, on nage dans les océans,
On fait les fous, on est heureux !
Avec toi, gentil dauphin,
C’est pour la vie…
Lorsque je te touche, je suis sur un nuage.
Tous les jours, tu me rends heureuse
Quand tu fais des sauts périlleux.
Toi mon gentil dauphin,
Intelligent et courageux,
Gourmand de poissons,
C’est pour tout ça que je t’adore
Et que tu es mon animal préféré. 

 

Renée (85 printemps) :

Mon chien tu as de beaux yeux
Et tu parais docile.
J’aimerais gambader avec toi dans la prairie.
Avec toi tout me paraît toujours facile,
Et tous les deux nous ne ferons que rire.
Quand nous serons chez nous
Tu attendras ta soupe et moi la mienne
Et tranquillement nous serons heureux.
Tu m’as donné 13 ans de ta vie,
Ton intelligence, ta gourmandise,
Tes bêtises dans le jardin.
Même après tout ça … Il ne me reste que du plaisir.
 

 

Alison (13 ans) :

Le chien

Quand je vois sa truffe,
Je lui dis « saluffle » !
Quand je vois mon chien,
Je ne pense plus à rien.
Quand il voit quelqu’un,
Il lui mord la main.
Mais quand il voit Maélyss,
Il lui mord les cuisses !
Quand je suis au bain,
Il fait ses besoins.
Le dimanche matin,
Il sait qu’on va se promener.
Mais même avec ses défauts,
Je l’aime quand même,
Mon chien.
Grâce à sa présence,
Je peux tout supporter…

 

Charlène (11 ans) :

Le chien-loup

Quand je regarde l’image, je pense à Tafia,
Ma chienne qui est morte à sept mois,
Ce qui me rend triste car je pense à elle.

Les bons moments passés avec ma chienne :
Quand elle venait se coucher avec moi,
Qu’elle me léchait, que je l’adorais.
Elle avait des poils si doux…
Qu’elle était mignonne,
Ma Tafia à moi !

Même si Tafia est morte,
Elle sera toujours dans mon cœur.

 

Raymonde (84 printemps) :

Les légumes du jardin,
Nous font tant de bien,
On en mangerait soir et matin,
Pour nous sentir super bien.
L’orange de la carotte,
Vous rend cocotte !
Le vert du chou,
Vous rend jaloux !
Le blanc du champignon,
Vous rend ronchon !
Le violet de la courgette,
Vous rend coquette !
Les grands-parents les adorent,
Les parents les savourent,
Les enfants les repoussent. 

 

Geoffrey (11 ans) :

Les fleurs

Le lilas est bas,
La tulipe est en forme de pipe,
La rose fait une pause,
La jonquille est en forme de quille,
Le bleuet fait un bouquet,
La violette fait la tête,
La lavande met une bande,
Le laurier est comme le papier.
C’est le défilé des fleurs !

 

Pauline (11 ans) :

Qu’est-ce que l’amour mère/fille ?

Vous connaissez la joie de vivre ?
Moi, c’est un petit poutou de tendresse
Comme une caresse
Avec plein de rouge à lèvres
Comme ces bisous…
Qui servent à embrasser
Ou faire des baisers.
Ils sont aussi doux
Que du velours
Avec cette douceur
Qui apporte du bonheur.
Cela est de l’amour.

 

Maëlyss (11 ans) :

Le papillon bleu

Pour moi un papillon
Est un insecte comme les autres.
Il ne ressemble pas à un grillon…
Mais à un papillon !
Le papillon
Avec ses couleurs multicolores
Qui vole avec une liberté
Qui grâce à un cocon, chrysalide,
Devient une chenille et après un papillon…
Qui meurt…
Au bout d’un jour.
Malgré les insecticides
Il donne des allergies.
Mais moi je ne le vois plus…
Il est parti…
Peut-être reviendra-t-il ?
Ou ne le reverrai-je plus ?
Telle est la question…
 

 

Landeline (11 ans) :

Le petit ours

L’ours
Qui joue avec sa bourse
En mangeant des bonbons
Eh oui ! Il est marron
Car il mange des marrons.

Le petit ours boude
En buvant dans sa gourde
Il est tellement cochon
Quand il mange des flocons.

L’ours est petit.
Comme il est joli !
Avec son nez qui brille
Et ses yeux qui comme la nuit scintillent.

L’ours a de belles couleurs
Comme son amour au fond de son cœur.
Il est doux
Et il fait le fou.

Il a le museau blanc comme la neige
Il tombe dans un piège
Mais heureusement qu’il n’a rien !
Il n’a pas de chagrin, donc il va bien.

Il a de petites oreilles
Quand il mange des groseilles
En faisant la bouille, il gazouille.

L’ours a un joli sourire
En faisant des petits soupirs
Il est tellement rigolo
Quand il joue au yoyo.

Avec ses petits bras il te caresse
En faisant des petites tresses.
Il se réjouit
En cueillant du gui.

Avec ses petites jambes
Toutes les branches il enjambe.

L’ours a le ventre rond
Comme un petit ballon.
Son petit ventre plein
Résonne comme un tambourin.

  

Paul (83 printemps) :

Sonnet aux chèvres

Ce matin, il est triste sans troupeau
Les cinq amies, les chèvres, par ce froid
Furent égorgées par leurs deux bourreaux,
Deux grands chiens-loups en firent leur proie.

La toute petite fut tuée sans émoi.
La peureuse ne fut jamais heureuse.
La noire et blanche venant près de moi
Avec deux grands boucs aux cornes furieuses.

La neige les recouvrit d’un blanc linceul
Allongées sur le flanc, elles sont bien seules.
Aux cieux plane le vol noir des corbeaux.

Médisant le passage de ces barbares
Qui ont sacrifié mes biques ; je repars
Triste avec mon sac de pain et mon petit seau.